Excursion et Surf Tahiti

Tahiti, île de la Polynésie française baignant dans l’Océan Pacifique, est la plus vaste île de l‘archipel de la Société avec une cinquantaine de kilomètres de long et une vingtaine de large. Sa population, en grande majorité métisse et chinoise, a admis depuis longtemps la culture du surf dans leurs mœurs. A Tahiti, grands et petits s’adonnent quotidiennement à cette activité sportive. Teahupoo, sur la péninsule d’Iti au Sud, accueille régulièrement l’épreuve Billabong Pro de Tahiti car c’est là que se trouve l’une des vagues les plus périlleuses au monde et où le suspens atteint son paroxysme tant pour les surfeurs que pour les spectateurs.

Surf Tahiti

L’île de Tahiti est quasiment entourée de récif de corail et la majorité de ses zones de plage sont propices à la pratique du surf. Les vagues sympas et agréables à surfer se rencontrent continuellement quel que soit le lieu à visiter. La grande variété de fond marin rencontrée à Tahiti permet d’y faire du surf à tous les niveaux : débutant, confirmé et professionnel. Les variations de houle et de courant donnent une autre dimension à l’aspect technique du surf tahitien.

Le lieu idéal pour les débutants et les écoles de surf à Tahiti

Les peaks de vague de gauche à droite se rencontrent assez souvent et aident les débutants à affûter leurs sens d’observation et à aiguiser leurs réflexes. Malheureusement pour les apprentis surfeurs, Tahiti ne possède qu’un seul spot de surf adapté à leur formation. Ce site se trouve à Papenoo Baie et est praticable uniquement de novembre à avril. Le surf qui y est pratiqué est de type shorebreak, en d’autre terme « de rivage », d’abord parce que c’est le moyen idéal pour apprendre à surfer et ensuite parce que le fond y est composé essentiellement de sable. Au cas où le débutant se fait prendre dans une houle, le moniteur a l’assurance qu’il s’en sortira avec tout au plus des écorchures. De nombreuses écoles de surf viennent à Papenoo, comme Tura’s Mataara, Mornareva, Fenua,… pour initier leurs élèves. Les meilleurs apprentis pourront s’essayer à dompter les vagues de plage rapide à l’embouchure de Papenoo. Une fois la saison de surf de Papenoo dépassée, les plus habiles pourront ensuite s’aventurer à Paparaa, où les vagues sont aussi assez faciles à aborder mais la difficulté rencontrée est d’un niveau supérieur. Paparaa est très prisée par la population locale car elle permet aux débutants et aux expérimentés de surfer sur la même zone. En effet, au large, aux abords des récifs se trouvent des gauches de récifs réservées aux plus téméraires.

Les sites à ne pas manquer

Le surf fait partie intégrante de la vie de la population locale. La majorité des habitants de la région côtière travaillent dans le domaine du surf, du moins au cours de la saison propice à la pratique de cette activité sportive et ludique. Du mois de novembre au mois d’avril, c’est la région est qui accueille les surfeurs, et de mai à octobre c’est au tour de la côte ouest. Les seules exceptions en la matière sont Ta’apuna à l’ouest et Vairao sur la presqu’île qui demeurent propices à la pratique du surf durant toute l’année. Teahupoo, toujours sur la péninsule d’Iti, est ouvert d’avril en octobre pour la compétition professionnelle Billabong. La présence de corail tapissant le fond de la mer et la puissance spectaculaire des vagues en cette période rendent ce concours très dangereux et surtout très célèbre. Toujours pour les professionnels du surf, le spot de Maara est une destination qui vaut le détour grâce à la violence de sa gauche de courants de récifs qui lui vaut une renommée internationale. Pour les personnes ayant une bonne expérience de surf, Tahiti est un terrain de jeu immense qu’il faudra visiter dans les moindres recoins car cette île a beaucoup à offrir. A commencer par le port du chef lieu de Tahiti, Papeete. Le reefbreak y est la principale attraction en raison de la proximité des récifs qui rend le surf amusant et palpitant. Sur le côté est de l’île, la Plage Lafayette et ses vagues de rivages présentent de grands rouleaux. Le fond y est peu profond et les courants font tourner les vagues vers la droite. Pour un cran de difficulté au-dessus, c’est le spot d’Orofara qu’il vous faut même si l’accès à la mer est gêné par les rochers. A l’Ouest, il ne faut surtout pas rater les vagues du spot Sapinus qui sont connues pour être creuses et rapides. Mais, il faut bien faire attention aux coraux car les vagues ont tendance à enfoncer le surfeur.