Excursion et Surf Cap Vert

Cap-Vert est une république, un état insulaire de l’Océan Atlantique à 450 km de la pointe occidentale de l’Afrique. Elle est composée d’une dizaine d’îles et de nombreux îlots dont : Santo Antao, Sao Vincete, Sao Nicolao, Sal où se situe l’aéroport international, Boa Vista, Santiago où se trouve la capitale Praia, Maio, Brava et Fogo. Les quatre premières font partie des îles du Vent, au nord, tandis que les cinq autres forment les îles Sous-le-Vent, au sud. Ce sont des îles volcaniques subissant un climat sahélien où la température varie de 20°C à 25°C. Les précipitations sont très faibles, à raison de 230 mm par an, d’août en octobre, ce qui fait que le sol rocailleux n’est pas très productif. L’économie du pays dépend surtout de l’aide internationale et de l’émigration, plus de 700 000 Capverdiens vivent en Europe et aux Etats-Unis et envoient de l’aide à leurs familles.

Surf Cap Vert

Les 437 000 habitants qui sont restés sur les 4 033 km², vivent de la pêche, d’une agriculture de subsistance, de l’exportation de banane, de café, des produits de la canne à sucre et du tabac et de la production de pouzzolane et du sel. La végétation est clairsemée et la faune se limite aux lézards, singes, chèvres sauvages et oiseaux. Depuis quelques années, le tourisme balnéaire a trouvé un terrain sur ces îles par la qualité des swells et le vent continuel, qui se prêtent très bien au surf, au windsurf et au kite surf. Le kite surf ou fly surf est également un sport de glisse sur planche, mais le sportif se fait tracter par un cerf-volant. La température de l’eau au Cap-Vert n’est jamais en dessous de 21°C et le relief volcanique descendant en pente très douce dans la mer a créé des spots de rêve, mais gare aux oursins.

Les îles du Cap-vert : le paradis du surf

Pour bien profiter de ce sport, le surfer a besoin d’endroit assez désert et ce n’est pas ce qui manque au Cap-Vert. Si on n’a pas l’image, on n’a qu’à écouter de la morna, cette musique nostalgique des Capverdiens chantée par Casaria Evora, « la diva aux pieds nus ». Que vous voulez du windsurf, du kite surf ou du surf tout court, les îles du Cap-Vert sont faites pour, cela ne dépend que du vent. Les alizés du nord-est de novembre à mai donnent les conditions idéales, mais de juin à septembre, on peut encore avoir de bons swells. Par ailleurs, pendant toute l’année, le soleil est fidèle au rendez-vous, et il n’y a pas de problème dû à la marée ni de fort courant, le seul inconvénient, ce sont les croisements avec les windsurfers. Les spots sont nombreux à l’exemple de la célèbre Ponta Preta de la plage de Santa Maria de l’île de Sal où la vague est longue, tubulaire et puissante, la meilleure. Elle est de classe internationale, mais pour les surfeurs expérimentés seulement. On se déplace en Vtt ou en voiture pour rejoindre les multiples spots. Le matériel se loue sur place et les marques sont de qualité.

Les spots du Cap-Vert

Les spots de Cap-Vert ont des noms évocateurs, et ce sont des invitations à la glisse. Rife est un spot moyen tandis que Monte Leao sont des vagues droites super longues. Corral Joul accueille des swells un peu en vrac, ce qui rend difficile la mise à l’eau. Fontana est une vague droite marchant par grosse houle. Palmeira marche par faible houle, une vague facile mais se terminant sur les rochers. Près de Santa Maria, Spoutnik fonctionne par vent calme et fort swell. Fragata est une longue vague de gauche présentant de bons breaks entre Punta do Lehme et Punta Fragata. Ponta sino possède des vagues sur fond de sable se brisant près du bord. Il est sûr qu’il existe encore de nombreux spots inviolés au Cap-Vert et qui sont à découvrir.

Les bonnes adresses au Cap-vert

Après une bonne dose de soleil, de chutes dans l’eau, de baignades et d’envie non satisfaite, rien ne vaut une bonne restauration. Les bonnes adresses ne manquent pas, les établissements se nomment des bars mais on y sert des repas. Le Relax est pour les petits encas et les pâtisseries. Catchupa, Maritino et Rolls Royce servent des spécialités culinaires locales à des prix très raisonnables et une qualité acceptable pour des établissements aussi isolés. Si on cherche le niveau international et bien sûr des notes correspondant au lieu, le Pescador vient à point. La morna, la musique nostalgique et la funana, une musique plus gaie, seront toujours d’ambiance au Rasta bar, au Squeeze, au Kalema, et au Wind Pub pour vous faire passer des soirées conviviales inoubliables.